«

»

CDNHN - Identité visuelle – Projet non retenu

Dessin de caractères © Général Design, 2015

Affiche © Général Design, 2015

Affiche © Général Design, 2015

Affiche © Général Design, 2015

Tract recto/verso © Général Design, 2015

Tract recto/verso © Général Design, 2015

Couverture programme © Général Design, 2015

Création de caractères © Général Design, 2015

Logotype © Général Design, 2015

Création de caractères © Général Design, 2015

Logotype, déclinaison pictogrammes © Général Design, 2015

Logotype © Général Design, 2015

Éclairer

 

Très vite nous avons eu l’envie pour l’identité de ce nouveau Centre dramatique National de Haute-Normandie de créer un caractère typographique qui donne à lire et à voir. C’est à partir des vidéos des spectacles de David Bobée, son directeur et de l’écoute de ses interviews qu’elle est née. De l’effet provoqué par la vision de ses décors, toujours assez radicaux, très structurés, souvent monumentaux, en relation avec la présence et le mouvement des corps. Des corps souvent très charnels, désirants, violents. La géométrie, la structure, traversées des éclats de vie.

Nous avons voulu créer un caractère qui traduit un télescopage entre quelque chose de très construit, très fixe et quelque chose de plus transgressif, plus contemporain.

Nous avons donc choisi pour base un caractère construit sur la base de modules géométriques très basiques proche des caractères issus du Bahaus comme le Futura ou l’Univers. Mais ce caractère est comme mis sous tension par des lignes obliques, qui ne sont pas sans évoquer des éclairs, qui le parcourent et l’agitent. Ces lignes, c’est le mouvement des corps, de la pensée, du désir mais aussi celui du parcours d’un lieu à l’autre, d’un théâtre à l’autre, montant et descendant.

Les logotypes « Centre dramatique national de Haute-Normandie » auxquels il faut également joindre le nom des villes de trois lieux qui le composent «Petit-Quevilly», « Rouen » et «Mont-Saint-Aignan» ainsi que « Direction David Bobée » sont donc composés avec ce caractère complété par un caractère plus maigre. L’association de ces deux caractères permet de mettre en valeur un élément plutôt qu’un autre et autorise énormément de combinaisons.

Il nous a cependant semblé important qu’un signe, un pictogramme, puisse symboliser chacun des 3 lieux afin d’aider à mieux les identifier, mais aussi pour donner à voir leur singularité. Et ce fut très évident : ces signes était dans notre caractère. En effet nos lignes obliques forment très simplement La foudre de Petit-Quevilly, Les deux rives de Rouen et un mont pour le centre Marcel Sangier de Mont-Saint-Aignan.

L’idée de passer les images en noir et blanc est arrivée très vite comme le pendant du contraste et des effets de brillance que nous avons dans notre caractère. Le noir et blanc révèle aussi la lumière si essentielle au théâtre qui sculpte l’espace et les corps. Ces images sont donc en noir, mais sur des fonds de couleurs. Des couleurs qui peuvent donner l’esprit – la « couleur » – des spectacles.